Si le prologue de la Drheam Cup – Destination Cotentin s’est joué dans de petits airs, samedi, en baie de Quiberon, il a manifestement donné le ton de la course qui s’élancera ce lundi à 15 heures, au large de la Trinité-sur-Mer. Jean Galfione et les 31 autres marins engagés dans la catégorie des Class40 vont devoir composer avec du vent relativement faible, au moins sur la première partie de la course, et gérer différentes zones de transition. Ce qui les attend ne sera donc pas simple mais parfait pour répéter ses gammes en solitaire en mode course. D’ailleurs, l’enjeu, sur cette épreuve, pour le skipper de Serenis Consulting n’est-il pas, avant tout, de se qualifier pour la fameuse Route du Rhum – Destination Guadeloupe ? La réponse est oui.

Après avoir multiplié les entraînements en faux-solo ces dernières semaines, Jean Galfione s’apprête à franchir un nouveau cap dans son projet en s’alignant au départ de la 2e édition de la Drheam Cup – Destination Cotentin, sa première et dernière course en solitaire avant la Route du Rhum – Destination Guadeloupe. « C’est un virage dans la saison. Là, on commence à rentrer vraiment dans le sujet du Rhum et d’ailleurs, sur les pontons, tout le monde ne parle plus que de ça. Je le sens aussi dans ma concentration. Les choses se mettent en place », annonce le skipper de Serenis Consulting qui se réjouit des découvertes à venir. « Je vais forcément apprendre des choses sur moi, sur le bateau, mais aussi sur la concurrence. Ça va être intéressant à tous les niveaux et ce qui est sympa, c’est que pour un galop d’essai, on va profiter de conditions assez cool », détaille Jean qui ne se fixe pas d’objectif précis de résultat mais celui de terminer avec le sentiment du travail bien fait.

Rester concentré et naviguer proprement

« Mon but, c’est de ne pas faire de bêtises et de ne pas me décevoir en gérant mal mes manœuvres. Pour le reste, c’est difficile de prétendre à une place particulière, surtout avec tous les nouveaux bateaux qui viennent d’être mis à l’eau et contre lesquels je risque d’avoir du mal à tenir la cadence en termes de vitesse », a ajouté le navigateur qui compte bien, malgré tout, laisser le plus de concurrents possibles derrière lui, bien conscient que le scénario météo annoncé va laisser le jeu très ouvert, notamment entre la pointe Bretagne et le phare du Fastnet. « Normalement, la première partie va se dérouler dans des conditions tranquilles mais très vite, après avoir géré une phase de transition, on va récupérer du vent de sud assez soutenu avant que ça faiblisse de nouveau. Cela étant dit, ça bouge encore beaucoup et c’est difficile de vraiment prévoir les choses », a indiqué Jean qui sait qu’il faudra faire preuve de vigilance ces prochains jours. « Il faudra être attentif aux variations du vent, ne pas abîmer le bateau et assurer la qualification pour la Route du Rhum en faisant une course propre et simple. Je suis prêt, la machine aussi car le choix des voiles est tranché depuis hier. Je pense que je n’ai rien oublié », a terminé Jean Galfione qui devrait boucler les 736 milles du parcours dans la journée de vendredi.