Un mois après avoir remis son Class40 à l’eau, Jean Galfione s’apprête à faire son retour à la compétition. Ce samedi, à 10h30, il s’alignera en effet au départ de sa première course de la saison, le Grand Prix Guyader. Au menu : des parcours côtiers et des runs de vitesse en baie de Douarnenez. Un programme complet qui va permettre au skipper de Serenis Consulting et à son équipage de valider les modifications apportées lors du chantier hivernal, notamment sur le bulbe du bateau, mais aussi de se jauger face la concurrence, forcément redoutable en cette année de Route du Rhum – Destination Guadeloupe.

« Le Grand Prix Guyader ne ressemble à aucune autre course », relate Jean Galfione qui connait bien l’épreuve pour y avoir déjà participé à quatre reprises et l’avoir déjà remportée deux fois (en 2012 et 2016). De fait, le format de l’évènement est relativement unique dans le paysage de la course au large, avec un mix de côtiers et de runs de vitesse. « J’adore. C’est très complet et cela permet à la fois de faire des speed-tests avec les meilleurs de la classe, mais aussi de naviguer avec les Multi50, les engins de vitesse et les bateaux du Vendée Globe », assure le skipper de Serenis Consulting, manifestement ravi de renouer avec le mode course après deux mois et demi de chantier et trois semaines intensives d’entraînement à Port-la-Forêt. « Ça va être intéressant de pouvoir se jauger face à la concurrence, mais aussi d’observer les forces en présence », ajoute Jean qui va retrouver, durant ces trois prochains jours, un certain nombre de ses plus redoutables adversaires, tels que Louis Duc et Maxime Sorel, mais aussi plusieurs « petits nouveaux » pour le moins expérimentés, à l’image de Sébastien Marsset, Morgane Ursault-Poupon, Nicolas Jossier, Loïc Féquet ou encore Luke Berry. « Cette année, le GP réuni une quinzaine de bateaux et des concurrents très compétitifs. Même si le résultat ne reflète pas toujours ceux des courses plus hauturières, il n’est jamais anodin. Notre objectif est donc clairement de monter sur le podium », détaille le navigateur qui a systématiquement terminé dans le Top 3 depuis sa première participation à la course, en 2011, et qui espère continuer sur sa lancée. « Ça ne va pas être facile, surtout que de petits airs sont annoncées pour cette édition 2018. Il va falloir faire preuve de réactivité et de finesse », note Jean Galfione qui a d’ores et déjà validé un certain nombre de points techniques à l’entraînement, ces dernières semaines, et qui espère en ratifier d’autres en mode course, ce week-end. « C’est notamment vrai pour ce qui concerne les nouvelles voiles et différents nouveaux réglages », commente le skipper qui a fait appel à ses fidèles équipiers pour l’épauler, en l’occurrence Alan Pennaneac’h, Christian Dulot, Éric Kerscaven, Gautier Thomas et Jean-Gabriel Jourdan, et qui recevra différents invités à bord chaque jour, parmi lesquels une certaine Camille Lecointre, médaillée de bronze aux Jeux Olympiques de Rio 2016 en 470. « Ça promet d’être aussi sympa qu’instructif », a terminé Jean Galfione.