Le Village de la Normandy Channel Race 2018, à Caen le 26 mai 2018 Photo Jean-Marie LIOT / NCR

Contraint à l’abandon à la suite d’un problème d’alternateur, le 30 mai dernier, alors qu’il était en course dans la 9e édition de la Normandy Channel Race, Jean Galfione a, dans un premier temps, rallié Roscoff avant de rejoindre Port-la-Forêt. « A notre arrivée au port du Bloscon, nous avons constaté que le moteur était en panne. Le premier diagnostic, à distance, s’est révélé un peu inquiétant, c’est pourquoi nous avons rejoint au plus vite le port d’attache du bateau où nous avons fait intervenir un technicien », explique le skipper de Serenis Consulting. « Le moteur a ainsi été démonté puis sorti du bateau. L’alternateur, le répartiteur, le système électrique… tout a été testé mais au bout du compte, nous avons dû commander un nouveau moteur aux Pays-Bas », détaille Jean qui a, par prudence, pris la décision de changer l’ensemble des batteries du bord en vue de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe. « C’est vraiment un dossier sur lequel personne n’a envie de galérer en course, et en solitaire qui plus est », avoue le navigateur qui attend donc ses nouvelles pièces ce vendredi. Des pièces qu’il espère avoir terminé de remonter lundi ou mardi prochain avec l’aide du mécanicien. « L’idée, c’est de réussir à tout tester en mer en fin de semaine prochaine. Au fond, ce n’est pas si grave. C’est simplement un contre-temps et des frais en plus. On sait que quand on pratique un sport mécanique, ça fait partie du truc ».